entreprise de batimennt landes

L’héritage des capcazaliers

Avec leurs particularités architecturales, les maisons capcazalières font en Chalosse figure de patrimoine. Celles qui ont résisté aux outrages des restaurations hasardeuses ne sont plus qu’une douzaine

La maison capcazalière de Montfort-en-Chalosse, la maison Pachiou à Mimbaste, la maison Brouchoua à Tercis-les-Bains, la maison Houtanglaise et la maison Luppé à Saint-Pandelon ou encore la maison Peyne à Laurède… Il ne subsiste finalement que très peu d’exemplaires à avoir conservé la configuration architecturale prisée par les puristes. D’après certains historiens, les origines de la maison capcazalière remonterait pourtant à l’époque de l’occupation romaine et chaque paroisse en comptait au moins une jusqu’à la Révolution.

Côté étymologie, le capcazal désignait au Moyen-Age un petit domaine libre dont le propriétaire, roturier, jouissait d’un statut social et juridique spécifique à cette partie des Landes (Chalosse et Orthe), sans être asservi à un seigneur. Pour faire preuve aux yeux de tous de leur « franchise », les capcazaliers avaient le privilège de planter devant leur maison un « pin franc », le pin parasol.

De solides bâtisses

Les bâtiments se doivent également d’apporter la marque de la hauteur sociale de son propriétaire. La maison est construite en pierre, portée par des murs robustes et compte une belle pièce centrale dédiée à l’accueil (et non à l’hébergement du bétail comme dans la maison landaise traditionnelle), éclairée par deux demi-fenêtres encadrant la porte d’entrée.

A partir du XVIIe siècle, la maison capcazalière s’enrichit des ornements de la Renaissance : pilastres et entablement décoré pour un fronton monumental qui témoigne de l’habileté des tailleurs de pierre de Chalosse. Ces éléments sont aussi identitaires que la forme des consoles qui soutiennent l’avancée du toit couverte de tuiles canal, le trottoir en galets et la solidité des dépendances, placées perpendiculairement à la maison.

Avec 25 ans d’expérience et de savoir-faire mis au service de ses clients, l’entreprise générale de bâtiment Kiwi Construction cultive de grandes valeurs éthiques : honnêteté, intégrité et professionnalisme. Grâce à une équipe d’experts et à l’utilisation de matériaux de qualité ainsi que des dernières technologies, Kiwi réalise tous les projets de rénovation et de construction, quel que soit leur dimension. Sa devise ? « Rendre l’impossible possible » ! Contact : Kiwi Construction – 460 chemin de Pedoucasse, 40360 Tilh. Tél. 05 58 55 35 22. www.kiwi-maconnerie.com

Rédiger un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *